courirsimplement.fr

  • 100km de Saint-Estève 2005 en ... tranches de vie

    stEsteve05aLa fin de l'année approche, une année curieuse, dense, riche, contrastée, parfois éprouvante et qui semble presque faire plus de quatre saisons et compter plus de nuits que de jours. Mais finalement, je veux penser que des journées inondées de soleil assurent un sentiment qui tanguent vers l'optimisme au gré de la pleine mer des « 340km et Fanette », des vagues familiales et des courants professionnels.
    Bref, une année qui compte et qui symbolise plus qu'elle ne matérialise une étape dans ma vie de coureur. C'est ma trentième saison et malgré mon envie, j'ai du renoncer à Millau, mon repaire d'écorché courant, mon repère de coureur liquidateur d'angoisses.

  • 50km de Lalinde 2008, Vertiges ibériques

    img 0116La saison 2007 a démarré de façon chaotique mais s'est finie dans l'allégresse, la tête pleine de projets, en ligne de mire la Badwater 2010. C'est donc le coeur gorgé d'envie et les jambes impatientes que je démarre 2008 à Lalinde pour la classique de ses 50 kilomètres, un parcours mixte typé trail avec 800 mètres de dénivelé positif, autant de négatif, un parcours de carte postale et une organisation aussi impeccable que chaleureuse.

  • Badwater 2010 : Récit brûlant d’un bling-bling finisher…

    Badwater 2010, le thermomètre Cela aurait pu être une histoire sportive. Cela aurait pu être une performance physique. Cela avait l’apparence d’un projet sportif : trois ans de préparation pour la course réputée la plus dure au monde sur route, 217km avec la Death Valley, 4000m de dénivelé cumulé et 50°C à l’ombre.
    Ce fut bien plus que ça. Un projet de vie, un groupe qui partage l’aventure avec des collégiens, des amis, des proches, avec l’Association Fanette. Au final la road movie californienne de gamins turbulents tous quadra ou quinquagénaires. Un voyage vers un essentiel qui ne fait pas oublier qu’il n’est pas l’essentiel mais qui laisse penser qu’il y aura eu un avant différent de l’après et surtout un pendant de grande saveur…

  • Cannonball 2007, Rock'n Roll is not dead !

    cannonball 2007Le récit joyeux d'une folle épopée nocturne de 125km entre le Verdon et le Cap Ferret, la côte girondine sur toute sa longueur du nord au sud. Avec l'odeur des pins et le vent de l'ocean, un régal...
    A
    vant de vous laisser courir au milieu de ces mots nocturnes, j'ai aussi une grosse pensée pour mon copain d'enfance Denis, océanographe, tragiquement disparu en juin dernier lors d'une campagne de mesures dans des baïnes landaises et pour mon ami Michel, planétologue, coureur de comètes et diseur de cieux parti il y a deux ans mais qui s'obstine encore à prendre mes foulées. Le périple qui suit m'a souvent ramené près d'eux.

  • Clef n°1 : Précisez votre objectif

    clef03Vous voulez courir et y prendre du plaisir ? Bonne idée, c’est une bonne raison ou mieux, une bonne motivation. Et vous avez déjà clairement identifié votre objectif.
    Car sur ce point vous devez être clair. Pourquoi vous lancer dans la course ? Si vous êtes déjà coureur, pourquoi vouloir courir plus ou plus longtemps ?

  • Clef n°2 : Lancez-vous !

    clef02Vous ne connaissez rien à la course ? Vous n'avez plus couru depuis des années ? Vous pensez ne plus savoir courir ? Une seule solution lancez-vous !
    Si vous avez dépassé la quarantaine et fait peu de sport ces dernières années, demandez le feu vert à votre médecin tout de même. Pour tous, trouvez le moment propice, un endroit plat de préférence qui vous semble agréable et allez-y !

  • Clef n°3 : Soyez curieux !

    clef06A présent que vous avez bien identifié vos motivations (voir clef n°1), que vous avez vu que vous saviez courir (voir clef n°2), vous pouvez collecter des informations, des conseils sur la façon de courir, les différentes façons de pratiquer…
    Soyez gourmand d'apprendre et curieux de tout. Lisez sur Internet, dans les revues, les magazines.

  • Clef n°4 : Soyez à votre écoute !

    Vous avez été curieux, vous avez lu, écouté, discuté des idées sur la course, sur votre idée de la course et de ce que vous voulez faire ? C'est parfait. Vous avez donc une idée même vague de la ou des théories de la course, de l'entraiment, de la programmation.
    Dites-vous maintenant que cette théorie est une simple base. C'est votre base de départ sur laquelle vous allez maintenant bâtir puis développer votre propre pratique de la course. Et là, votre meilleur entraineur, c'est vous !

  • Courir simplement à Donneville (31)

    badwater2010 009Depuis le mois de septembre, vous pouvez venir nous retrouver à Donneville (31) chaque mardi soir pour ''courir simplement'' et partager cette approche de la course.
    Voici la présentation du concept de cette section :
    "Si courir sans effort vous tente.Si vous débutez.Si vous pensez ne pas être capable de courir sans souffrir. Si vous pensez être trop âgé, trop ceci, trop cela.
    Si vous rêvez de randonner en courant, de parcourir les paysages en profitant des sensations de la course.
    Alors notre projet peut vous intéresser. Venez nous retrouver et partager avec nous des foulées !
    Nous ne vous proposerons pas des séances d'intervalles, du coaching pour de la performance. Vous ne repousserez pas vos limites, vous ne courrez pas contre vous même.
    Ensemble nous découvrirons les plaisirs de la course en douceur. Et vous verrez un immense terrain de jeux s'ouvrir à vous."

  • J'aime simplement courir... Et vous ?

    courirsimplementJ'aime simplement courir, répéter ce geste de la foulée, traverser les paysages de la vie, aimer le monde qui m'entoure, partager les émotions avec celles et ceux qui m'accompagnent. Cette "course" n'a rien à voir avec la compétition, une performance sportive, la confrontation, la domination. Je cours car j'aime cela. C'est la chose la plus douce et la plus simple que je connaisse.

    Certes la compétition peut parfois me tenter. Alors parfois "je fais la course" mais elle reste alors ce qu'elle doit être, un jeu, un simple jeu. Rien de plus.

    En fait je fais de la randonnée... en courant. Je n'ai pas le même plaisir en marchant, alors je cours. Voilà ce que je souhaite vous proposer, une course douce, équilibrée pour voyager et se mettre en harmonie avec votre environnement. Prêt ?

    Simplement courir ou courir simplement

    J'aime aussi courir simplement. Car oui, cela fonctionne dans les deux sens. Simplement courir, courir simplement.
    J'aime courir simplement, sans plan, sans prise de tête. Me laisser aller à la forme la plus épurée de la course, sans GPS, sans cardio, sans coach, sans plan d'entrainement. Je cours guidé par mon plaisir et mon envie.

    Si vous n'aimez pas courir, je ne peux rien pour vous. Si "aimer courir" vous titille, vous êtes au bon endroit, enfin j'ai la prétention de le penser. Je cours depuis 1975, principalement en ultra depuis 2003 et depuis des années, j'ai plaisir à partager ces expériences en direct ou au travers de mes écrits et mes sites Web. Ce nouveau site est en préparation depuis presque deux ans. Il rassemble et synthétise ces expériences pour enfin les partager avec vous. J'espère ce site convivial et participatif. J'espère qu'il sera l'occasion d'échanges riches et fructueux.

    Vous devriez trouver ici les clefs pour pratiquer la course à pied de façon conviviale et agréable afin d'y trouver une source de plaisir et d'épanouissement.
    Vous avez ainsi les clefs et allez donc pénétrer dans votre espace de course. Il vous sera personnel, façonné à votre façon, au gré de vos envies.

    Je vous souhaite de merveilleuses foulées, de la lévitation dans des paysages où vos rêves d'espace restent à courir.

  • L’art éphémère de la course…

    art-courseJ’ai bien tenté de plaquer quelques accords sur une guitare. Je n’ai même pas réussi le bling et le blang de Bobby Lapointe et la guitare m’a plaqué. Les pinceaux pourraient me tenter mais j’ai deux mains gauches, très gauches, et que des pouces. J’aurais pu coucher des mots, je les aurais choisis électroniques mais j’étais même prêt à les manuscrire.Mais voilà, à lire les Jean-Paul Dubois, Percival Everett, Henry Miller, je suis persuadé qu’ils connaissent la magie des mots, la danse des idées, alors je me contente de m’émouvoir de leur fluidité et de la justesse du propos. Combien de fois ne suis-je revenu sur un passage, le lisant et le relisant en le ponctuant d’un "c’est exactement ça…".

  • L’Ultra, pourquoi ? Pour rien…

    ultra-pourquoiPourquoi courir si longtemps, au-delà de ce que nombreux parmi nos contemporains jugent raisonnable ? Pourquoi devrait il y avoir une raison, une utilité, une finalité ?
    Et si je ne courais que parce que j’aime ça… Parce que c’est simple au point d’être la chose la plus simple que je connaisse.
    Courir contre soi et non contre les autres ? Je n’ai aucune raison d’être contre moi.
    Repousser mes limites ? J’aimerais bien les connaître avant même de les repousser.
    Je ne cours pas parce que c’est bon pour la santé. Je ne cours pas parce qu’il est bon d’avoir régulièrement une activité sportive ou physique. D’ailleurs, courir n’est pas un sport. Je ne pratique pas un sport. Je cours…

  • Libérez-vous !

    cactusAprès avoir appris à courir équilibré, tâchons maintenant de nous libérer de cadres conscients ou inconscients susceptibles d’entraver la sensation de bien-être et le plaisir que notre pratique de l’ultra devrait nous apporter.
    Pour nombre d’entre nous, la pratique sportive en général et de l’ultra en particulier est un moyen d’épanouissement. Mais c’est aussi une manière de se confronter à l’image que l’on a de soi (celui que l’on pense être et celui que l’on voudrait être), de déterminer l’image de soi dans le regard de l’autre (celui que l’on paraît être), et de se comparer aux standards sportifs communs (tables de records, plans d’entraînement).

  • Mini Mil Kil 2009 : J'ai couru au milieu des étoiles

    Mini Mil Kil 2009, Vincent ToumazouSur la route de la Badwater 2010, la Mini Mil Kil (200km entre Rodez et Sète, 3200m de dénivelé positif cumulé) s'est imposée comme passage obligé par sa ressemblance à des milliers de kilomètres de la Death Valley.Et en cette fin août, la météo va être notre alliée. En faisant grimper très haut le mercure des thermomètres, elle va transformer ce qui aurait pu n'être qu'une simple balade en une véritable répétition générale, chaleur et difficultés du parcours comprises. Plus de 26 heures d'efforts vont couvrir de succès cette aventure partagée empreinte d'humanité et de bonheurs simples. Comme un rêve éveillé dans une nuit d'étoiles...

  • Osez le style libre

    canyonParce que courir est une chose simple qui doit rester source de plaisir et de bien être, il peut être intéressant de revenir à "l'origine".
    Courir à l'instinct, courir un chemin, un paysage, un instant, une heure, une journée, courir longtemps, courir simplement, librement.
    Le style libre, c'est tout cela. Alors pour que ça le reste, un petit guide du coureur sur le sujet.
    Osez ce style libre !...

  • Ultr’Ardèche, analyse d’un ultra bonheur…

    Ultr'ardeche 2012, sommet col au km75Le samedi 12 mai 2012,  j’ai couru la première édition de l’Ultr’Ardèche, course de 212km sur route avec 4200m de dénivelé positif répartis sur 11 cols. C’est un format similaire à la fameuse Badwater qui a lieu chaque été dans la vallée de la Mort en Californie et que j’ai eu la chance de courir en 2010. Même format mais climat différent : chaleur écrasante et vent brûlant aux USA et températures contrastées et vent glacial sur les hauteurs ardéchoises, où la fameuse burle souffle fort fort.

Partenaire

Topo
Mon partenaire "chaussures" depuis 2018. J'en suis l'ambassadeur.

100km de Millau

millau

Esprit & Course

esprit2

Simplicité...

simplicite

Badwater

badwater2

Courir ensemble

fouleeDecisive

Histoires d'Ultra...

histoire2

Coups de coeur...

coeur

Mots Clefs

Actualités

2018, Ambassadeur Topo Athletic

100kmPia2017 toumazouJe suis depuis mars 2018 ambassadeur de la marque Topo Athletic qui fabrique d'excellentes chaussures de running à "drop réduit", 0 à 6mm.
J'avais testé la Fly Lite avec succès et surtout beaucoup de plaisir lors des 100km de Pia en novembre.
J'ai donc récemment reçu une première dotation avec  la version 2 de cette chaussure Fly Lite que j'aime beaucoup avec son drop de 3mm. Je ne manquerai pas de la tester intensivment très bientôt et de vous faire un retour d'expérience comme on dit dans le spatial.

Lire la suite...

It's been so long...

ToumazouEntorse smallVoilà bien logntemps que le site n'a pas été mis à jour. La faute à la vie en général et des priorités mises sur bien d'autres choses du quotidien.
Depuis que je travaille à Bruxelles, j'ai evidemment moins de place pour la course : peu d'espace pour courir, peu de temps, plus de fatigue et donc moins d'envie. Moins de disponibilité aussi pour écrire et mettre à jour le site. Une famille en expatriation demande pas mal de disponibilité et d'énergie.

J'ai bein fait quelques courses mais sans possibilité de performances. Et quand c'était l'objectif, il n'était pas atteint. J'ai aussi fait de bonnes conneries, comme ce trail de 76km peu technique où je me suis tordu la cheville au départ mais que j'ai couru néanmoins durant 7 heures ce qui m'a valu le résultat de la photo.

Lire la suite...

Les 100km de Pia pour mes 50 ans

100km Pia 2017Comment célébrer "dignement" un anniversaire des 50 ans qui vous travaille?
En courant un 100km, ceux du Spiridon Catalan en l'occurrence. Simple, non?
C'est donc ce que j'ai fait le samedi 4 novembre 2017. Au programme de ce jour, une température agréable, des organisateurs au petit soin, des copains retrouvés et croisés 20 fois sur cet aller-retour à courir 10 fois.

Lire la suite...

Instantanés...

courirSimplement Mai2014 Xsmall

Version "vidéos"

dailymotion

youtube

Qui suis-je ?

Vincent Toumazou

à Méditer

guillemet-openLa terre, c'est le Paradis, le seul que nous ne connaîtrons jamais. Nous le comprendrons le jour où nos yeux s'ouvriront. Inutile d'en faire un Paradis, c'est le Paradis. Nous n'avons qu'à nous rendre dignes de l'habiter. L'homme nanti d'un fusil, l'homme qui a le meurtre dans le coeur est incapable de reconnaître le Paradis même si on le lui montre."
Henry Miller, Le cauchemar climatisé

Lexique

courir : v. i., se déplacer en agitant les jambes ou les pattes comme pour marcher mais à vitesse plus élevée.

simplement : adv., de façon simple, facile à comprendre.

plaisir : n. m., sensation, émotion, agréable de satisfaction.

envie : n. f., besoin qu'on a le désir de satisfaire.

bien-être : n. m., sentiment de bonheur, d'aisance spirituelle.