courirsimplement.fr

Contact

Image de contact
Webmaster - Coureur - Partageur de savoirs

Formulaire de Contact

Send an Email
(facultatif)

Le livre

couv COURIR SIMPLEMENTsmall

Partenaire

Topo
Mon partenaire "chaussures" depuis 2018. J'en suis l'ambassadeur.

100km de Millau

millau

Esprit & Course

esprit2

Simplicité...

simplicite

Badwater

badwater2

Courir ensemble

CourirDonnevilleWebSmall

Histoires d'Ultra...

histoire2

Coups de coeur...

coeur

Mots Clefs

Sur la Badwater...

Badwater 2010 : le film de notre course

Nous avons eu la chance d'avoir avec nous Pascal David dans l'équipe Badwater 2010. Pascal a ramené de cette course et des 10 jours du voyages des heures d'images dont il a extrait ce joli petit film de 13 minutes.
Un film fait dans l'esprit particatif de toute l'aventure. Du matériel de prise de vue prêté par Thierry Gentet de Mira Productions, des musiques concoctées et offertes par HelmutR et Oncle Jack, bref, l'éclate de A à Z...

Après tout ce temps, c'est toujours beaucoup d'émotion(s) pour nous à regarder ces images. Ca rappelle forcément de belles choses, parfois difficiles comme sur la seconde journée. A ne pas rater, les nombreux arrêts pour les soins du corps et de l'âme avec Nathalie et Philippe et surtout après 3'55 de film, la véritable escroquerie de notre aventure, les paroles de Philippe "Profite du petit air frais!..."  Tu parles, il faisait alors une chaleur à mourir et seul un air brûlant traversait le paysage...

Lire la suite...

Badwater 2010 : Récit brûlant d’un bling-bling finisher…

Cela aurait pu être une histoire sportive. Cela aurait pu être une performance physique. Cela avait l’apparence d’un projet sportif : trois ans de préparation pour la course réputée la plus dure au monde sur route, 217km avec la Death Valley, 4000m de dénivelé cumulé et 50°C à l’ombre.
Ce fut bien plus que ça. Un projet de vie, un groupe qui partage l’aventure avec des collégiens, des amis, des proches, avec l’Association Fanette. Au final la road movie californienne de gamins turbulents tous quadra ou quinquagénaires. Un voyage vers un essentiel qui ne fait pas oublier qu’il n’est pas l’essentiel mais qui laisse penser qu’il y aura eu un avant différent de l’après et surtout un pendant de grande saveur…

Lire la suite...

Sur les 100 bornes...

Naufrage à Millau 2003

1er septembre : le retour sur Toulouse et au travail se passe bien. Millau arrive à grands pas. Ce sera mon 7eme et si tout se passe bien mon dernier. Me préparer correctement pour une telle course et mener de front vies familiale & professionnelle devient compliqué... J'ai fait de bonnes sorties "chez moi" à Lacanau sur des parcours de rêves. 28 ans que j'y cours et toujours autant de plaisir(s) et d'émotion(s). A chaque fois, j'y mesure la chance que j'ai à y courir libre, heureux, sans soucis et en bonne santé. Je pense aussi souvent à des amis, des parents qui sont partis ou loin et qui me manquent. Et puis toujours je me souviens de mon enfance à courir avec mon père que j'admirais plus que tout, qui courait des 100 kms... Son premier, c'était Belvès 77, j'allais avoir 10 ans et à son retour je me souviens qu'il avait pris un bain et que j'avais regardé "ce héros" avec les marques d'un bronzage à travers le maillot à résilles "Ron Hill" que tous portaient. Mes idoles s'appelaient Cottereau, Le Potier, Gennari, Brengues... J'avais l'impression que mon père revenait d'un endroit dangereux et incertain. J'en rêvais. Lire la suite...

Millau 2010 : Adieu Millau, nous nous sommes tant aimés...

Deux mois et demi après la Badwater, je me dis qu'un petit passage 100% plaisir aux 100km de Millau serait sympathique, histoire de retrouver ce parcours et tous les copains. Quelques columérins qui avaient gouté l'Ultra en venant partager mes sorties longues pré-Badwater se lancent dans le grand bain à cette occasion et j'ai très envie de les voir en action, histoire de capter leur émotion sur ce mythe.
Je ne m'en suis jamais caché, j'ai un attachement particulier à Millau. J'y suis allé enfant pour suivre mon père en vélo puis en 1986, j'avais 18 ans, je l'ai fait pour la première fois. Cette année 2010 sera mon dixième passage et je l'espère, ma neuvième arrivée..

Lire la suite...

Millau 2006, le meneur (qui manquait vraiment) d'allure...

Dans un moment de folie, j'ai accepté d'être meneur d'allure 9 heures. Objectif largement atteint et même dépassé puisque j'ai mis 9h37. Voilà, maintenant, passons aux détails en six tableaux. Sortez vos parapluies, sortez vos mouchoirs, servez vous une bonne mousse, buvez la à notre santé. Chut, ça va commencer...

Lire la suite...

Courir, à lire aussi...

Libérez-vous !

Après avoir appris à courir équilibré, tâchons maintenant de nous libérer de cadres conscients ou inconscients susceptibles d’entraver la sensation de bien-être et le plaisir que notre pratique de l’ultra devrait nous apporter.
Pour nombre d’entre nous, la pratique sportive en général et de l’ultra en particulier est un moyen d’épanouissement. Mais c’est aussi une manière de se confronter à l’image que l’on a de soi (celui que l’on pense être et celui que l’on voudrait être), de déterminer l’image de soi dans le regard de l’autre (celui que l’on paraît être), et de se comparer aux standards sportifs communs (tables de records, plans d’entraînement).

Lire la suite...

Méthode Cyrano : Courir moins pour courir plus !

En deçà d’un certain niveau de performance, beaucoup de coureurs d’ultra, lors des compétitions, sont tôt ou tard contraints à la marche. En général arrivés aux limites de l’épuisement, c’est la seule allure qui leur permette de continuer à avancer.
Y a-t-il une justification à cette inéluctable dégradation de la vitesse et du geste, qui aboutit au final à ce que l’on cherche à repousser le plus longtemps possible : on marche parce qu’on ne peut plus courir !
Ce qui voudrait dire que pour cette population, majoritaire sur les courses au-delà du marathon, il y a forcément une alternance, dans des proportions variables, entre course et marche. Dans ce cas, est-il possible d’agir afin d’accorder une part prépondérante à l’allure la plus rapide, donc à la course ?

Lire la suite...

Clef n°2 : Lancez-vous !

Vous ne connaissez rien à la course ? Vous n'avez plus couru depuis des années ? Vous pensez ne plus savoir courir ? Une seule solution lancez-vous !
Si vous avez dépassé la quarantaine et fait peu de sport ces dernières années, demandez le feu vert à votre médecin tout de même. Pour tous, trouvez le moment propice, un endroit plat de préférence qui vous semble agréable et allez-y !

Lire la suite...

Récits, à lire aussi...

100km du Vendée Ultra Trail 2011 : Ambiances d’enfer dans un paradis…

Une 100 bornes en Vendée est forcément plat. C’est même une classique…
C’est un trail ? Alors c’est un trail plat !
Eh non ! C’est d’abord la nuit qui nous enveloppe. Une nuit qui fume de brumes.  Une route, un virage, une sentier, une bosse. La première d’une très longue série. Des haies entre lesquelles, je file. Des cailloux, des branches qui se penchent. Un talus, des foulées en devers. Un pont, un sentier large qui repart en dénivelé. Une descente qui torture le routier dans le noir de la nuit puis des rochers qui se dorent au soleil en son lever.  
Débutent alors les instants 10 fois, 100 fois, 1000 fois déclinés dans cette journée.  Les coureurs se lient d’amitié.

Lire la suite...

24 heures de Lombez 2008 : Toto ? Il court derrière l'église

Dimanche 28 septembre 2008, 10 heures. Partout en France, des coureurs d'ultra devenus boiteux rentrent d'un pèlerinage aux 100 kilomètres de Millau. En fidèle de cette épreuve, je devrais en être. Mais non.

Face à la halle et la cathédrale de Lombez, la place aux briques rouges éclate dans le soleil de l'automne. Michel, l'organisateur d'une épreuve de 24 heures superbe d'humanité, éclate en sanglots dans mes bras. Je ne vaux pas mieux. La fatigue sans doute. C'est sûr, même. Les émotions aussi. Peut être... Sûrement en fait. Mais je suis fort alors je ne peux pas avouer que ma gorge se tord, m'étrangle. Pensez donc, je viens de remporter mon premier ultra. C'est sûr je suis fort. Hé, j'vais pas fondre en larmes, me mettre en poudre. Pas là, pas maintenant. J'attends ces secondes de légèreté depuis des siècles, des bornes, depuis des nuits de rêves, de cauchemars d'échecs aussi parfois.

Lire la suite...

50km de Lalinde 2008, Vertiges ibériques

La saison 2007 a démarré de façon chaotique mais s'est finie dans l'allégresse, la tête pleine de projets, en ligne de mire la Badwater 2010. C'est donc le coeur gorgé d'envie et les jambes impatientes que je démarre 2008 à Lalinde pour la classique de ses 50 kilomètres, un parcours mixte typé trail avec 800 mètres de dénivelé positif, autant de négatif, un parcours de carte postale et une organisation aussi impeccable que chaleureuse.

Lire la suite...

Courir simplement...

Clef n°4 : Soyez à votre écoute !

Vous avez été curieux, vous avez lu, écouté, discuté des idées sur la course, sur votre idée de la course et de ce que vous voulez faire ? C'est parfait. Vous avez donc une idée même vague de la ou des théories de la course, de l'entraiment, de la programmation.
Dites-vous maintenant que cette théorie est une simple base. C'est votre base de départ sur laquelle vous allez maintenant bâtir puis développer votre propre pratique de la course. Et là, votre meilleur entraineur, c'est vous !

Lire la suite...

Clef n°3 : Soyez curieux !

clef06A présent que vous avez bien identifié vos motivations (voir clef n°1), que vous avez vu que vous saviez courir (voir clef n°2), vous pouvez collecter des informations, des conseils sur la façon de courir, les différentes façons de pratiquer…
Soyez gourmand d'apprendre et curieux de tout. Lisez sur Internet, dans les revues, les magazines.

Lire la suite...

Clef n°2 : Lancez-vous !

clef02Vous ne connaissez rien à la course ? Vous n'avez plus couru depuis des années ? Vous pensez ne plus savoir courir ? Une seule solution lancez-vous !
Si vous avez dépassé la quarantaine et fait peu de sport ces dernières années, demandez le feu vert à votre médecin tout de même. Pour tous, trouvez le moment propice, un endroit plat de préférence qui vous semble agréable et allez-y !

Lire la suite...

Clef n°1 : Précisez votre objectif

clef03Vous voulez courir et y prendre du plaisir ? Bonne idée, c’est une bonne raison ou mieux, une bonne motivation. Et vous avez déjà clairement identifié votre objectif.
Car sur ce point vous devez être clair. Pourquoi vous lancer dans la course ? Si vous êtes déjà coureur, pourquoi vouloir courir plus ou plus longtemps ?

Lire la suite...

Actualités

2018, Ambassadeur Topo Athletic

100kmPia2017 toumazouJe suis depuis mars 2018 ambassadeur de la marque Topo Athletic qui fabrique d'excellentes chaussures de running à "drop réduit", 0 à 6mm.
J'avais testé la Fly Lite avec succès et surtout beaucoup de plaisir lors des 100km de Pia en novembre.
J'ai donc récemment reçu une première dotation avec  la version 2 de cette chaussure Fly Lite que j'aime beaucoup avec son drop de 3mm. Je ne manquerai pas de la tester intensivment très bientôt et de vous faire un retour d'expérience comme on dit dans le spatial.

Lire la suite...

It's been so long...

ToumazouEntorse smallVoilà bien logntemps que le site n'a pas été mis à jour. La faute à la vie en général et des priorités mises sur bien d'autres choses du quotidien.
Depuis que je travaille à Bruxelles, j'ai evidemment moins de place pour la course : peu d'espace pour courir, peu de temps, plus de fatigue et donc moins d'envie. Moins de disponibilité aussi pour écrire et mettre à jour le site. Une famille en expatriation demande pas mal de disponibilité et d'énergie.

J'ai bein fait quelques courses mais sans possibilité de performances. Et quand c'était l'objectif, il n'était pas atteint. J'ai aussi fait de bonnes conneries, comme ce trail de 76km peu technique où je me suis tordu la cheville au départ mais que j'ai couru néanmoins durant 7 heures ce qui m'a valu le résultat de la photo.

Lire la suite...

Les 100km de Pia pour mes 50 ans

100km Pia 2017Comment célébrer "dignement" un anniversaire des 50 ans qui vous travaille?
En courant un 100km, ceux du Spiridon Catalan en l'occurrence. Simple, non?
C'est donc ce que j'ai fait le samedi 4 novembre 2017. Au programme de ce jour, une température agréable, des organisateurs au petit soin, des copains retrouvés et croisés 20 fois sur cet aller-retour à courir 10 fois.

Lire la suite...

Instantanés...

courirSimplement Mai2014 Xsmall

Version "vidéos"

dailymotion

youtube

Qui suis-je ?

Vincent Toumazou

à Méditer

guillemet-openLa terre, c'est le Paradis, le seul que nous ne connaîtrons jamais. Nous le comprendrons le jour où nos yeux s'ouvriront. Inutile d'en faire un Paradis, c'est le Paradis. Nous n'avons qu'à nous rendre dignes de l'habiter. L'homme nanti d'un fusil, l'homme qui a le meurtre dans le coeur est incapable de reconnaître le Paradis même si on le lui montre."
Henry Miller, Le cauchemar climatisé

Lexique

courir : v. i., se déplacer en agitant les jambes ou les pattes comme pour marcher mais à vitesse plus élevée.

simplement : adv., de façon simple, facile à comprendre.

plaisir : n. m., sensation, émotion, agréable de satisfaction.

envie : n. f., besoin qu'on a le désir de satisfaire.

bien-être : n. m., sentiment de bonheur, d'aisance spirituelle.