courirsimplement.fr

Vous êtes ici : Accueil Mythes

La plus belle...

Parcours 100km MillauTout ce que j'aime dans et autour de la course se catalyse chaque année, le dernier samedi de septembre, "jour de Millau". Les années où je n'y suis pas, j'y pense depuis l'heure du départ durant 24 heures délai maximum autorisé, m'imaginant les coureurs dans ces lieux que j'aime. Je vois alors le serpentin multicolore de chaque côté du Tarn sur la première boucle. Je ressens un petit pincement au moment où j'aurais pu aborder la deuxième boucle. Aller me retrouver face à moi-même dans Tiergues, sur les lieux même où j'ai constaté en 2003 ma faiblesse. Et puis cette joie à l'arrivée, ce sentiment de plénitude, de fierté aussi. Cette certitude que je suis bien vivant par delà ce parcours si difficile.

Et tous ces bénévoles. Leur dévouement, leurs sourires. Et parfois ces spectateurs qui scrutent votre passage sur le parcours, cherchent votre prénom sur la liste des partants et vous encouragent avec chaleur à vous en nouer la gorge.

J'aime cette course, plus que toute autre. J'en ai pourtant couru des centaines, à pied, en triathlon. Mais les choses les plus intenses, les plus belles, les plus dures aussi, elles sont là-bas, ou plutôt là-haut, quelque part entre Millau, le Rozier et Sainte-Afrique. Je vais y revenir, c'est sûr. Ceux qui ont lancé cette épreuve, ceux qui la portent aujourd'hui ne se doutent peut-être pas de l'engouement qu'elle suscite, de ce bonheur qu'elle procure. Alors, je n'aurai sûrement jamais l'occasion de le leur dire, à tous ces organisateurs, ces bénévoles, aux Cottereau, Vidal et Brefuel, merci, merci et merci. Voilà, c'est bête, ils ne le liront sûrement pas, mais merci pour tout.

Lire la suite...

Badwater Ultramarathon, "THE" race

Badwater Ultramarathon, Vincent Toumazou217km non-stop à courir, 4000m de dénivelé, 50°C à l'ombre...Voilà les chiffres bruts. Effrayant pour certains... Attirant comme des aimants pour d'autres... Une course, dure et longue, dans un four. Des coureurs en pleine chaleur, un soleil brulant. Un succès pourtant qui ne se dément pas. C'est LA Badwater.
Les lieux sont on ne peut plus hostiles. "La Vallée de la Mort est l’un des endroits les plus secs et des plus chauds du monde" d'après Wikipedia. En 1977 Al Arnold démontre qu'un challenge aussi fou que courir cet endroit est possible. Jay Birmingham le confirme en 81, puis la course devient officielle en 87. Démarrant déjà de Badwater, 80m sous le niveau de la mer, l'épreuve se finit alors au sommet du Mt-Whitney. Plus tard, en raison des contraintes dues au passage dans ces sites, le parcours définitif est adopté entre Badwater et Mt-Whitney portal (alt. 2533m).

Lire la suite...

Millau, présentation & parcours

Parcours 100km Millau

Les 100km de Millau, quel beau sujet de dissertation !... Son parcours ? Un paradis ou un enfer, c’est selon. Onze participations m’ont offert une palette contrastée des différents endroits. Mais oui, je connais bien ce parcours découvert en 1981 en suivant mon père à vélo. Cinq ans plus tard, j’ai à peine dix-huit ans et c’est ma première participation, douze heures de souvenirs fabuleux.
C’est peu de dire que j’aime cette course. Je l'aime terriblement, avec passion, émotion et respect. Respect pour tout, autant pour les gens qui font de cette course une fête que pour les paysages. Ces 100km ne sont pas une course, c'est MILLAU. Ça ne se raconte pas, ça se vit de ton son être, de ton son corps, de toute sa tête, de tout son cœur. Un monument, la doyenne des courses de ce format en France.

Lire la suite...

Sous-catégories

100km de Millau

millau

Esprit & Course

esprit2

Simplicité...

simplicite

Badwater

badwater2

La foulée décisive

fouleeDecisive

Histoires d'Ultra...

histoire2

Coups de coeur...

coeur

Sur les 100 bornes...

Millau 2010 : Adieu Millau, nous nous sommes tant aimés...

Deux mois et demi après la Badwater, je me dis qu'un petit passage 100% plaisir aux 100km de Millau serait sympathique, histoire de retrouver ce parcours et tous les copains. Quelques columérins qui avaient gouté l'Ultra en venant partager mes sorties longues pré-Badwater se lancent dans le grand bain à cette occasion et j'ai très envie de les voir en action, histoire de capter leur émotion sur ce mythe.
Je ne m'en suis jamais caché, j'ai un attachement particulier à Millau. J'y suis allé enfant pour suivre mon père en vélo puis en 1986, j'avais 18 ans, je l'ai fait pour la première fois. Cette année 2010 sera mon dixième passage et je l'espère, ma neuvième arrivée.. Lire la suite...

Millau 1994 : la course en musique...

Nombre d'entre vous doivent associer musique et course à pied. Pendant les sorties d'entraînement, parfois les courses des morceaux vous trottent dans la tête. A d'autres moments, vous êtes bien, vous écoutez un disque avec plaisir et vous surprenez vos pensées qui vous emmènent sur vos parcours favoris en courant avec une facilité déconcertante. Je suis comme vous et j'en ai usé.
De toutes évidences, musiques et course à pied ont ponctué, rythmé ma vie. A chaque période quelle soit triste ou heureuse est associée une musique, parfois une course ou un entraînement dont j'ai un souvenir précis. Inversement, à une course est associée une musique, un groupe, un chanteur ou une période. Lire la suite...

100km de Saint-Estève 2005 en ... tranches de vie

La fin de l'année approche, une année curieuse, dense, riche, contrastée, parfois éprouvante et qui semble presque faire plus de quatre saisons et compter plus de nuits que de jours. Mais finalement, je veux penser que des journées inondées de soleil assurent un sentiment qui tanguent vers l'optimisme au gré de la pleine mer des « 340km et Fanette », des vagues familiales et des courants professionnels.
Bref, une année qui compte et qui symbolise plus qu'elle ne matérialise une étape dans ma vie de coureur. C'est ma trentième saison et malgré mon envie, j'ai du renoncer à Millau, mon repaire d'écorché courant, mon repère de coureur liquidateur d'angoisses. Lire la suite...

Sur la Badwater...

Badwater 2010 : le film de notre course

Nous avons eu la chance d'avoir avec nous Pascal David dans l'équipe Badwater 2010. Pascal a ramené de cette course et des 10 jours du voyages des heures d'images dont il a extrait ce joli petit film de 13 minutes.
Un film fait dans l'esprit particatif de toute l'aventure. Du matériel de prise de vue prêté par Thierry Gentet de Mira Productions, des musiques concoctées et offertes par HelmutR et Oncle Jack, bref, l'éclate de A à Z...

Après tout ce temps, c'est toujours beaucoup d'émotion(s) pour nous à regarder ces images. Ca rappelle forcément de belles choses, parfois difficiles comme sur la seconde journée. A ne pas rater, les nombreux arrêts pour les soins du corps et de l'âme avec Nathalie et Philippe et surtout après 3'55 de film, la véritable escroquerie de notre aventure, les paroles de Philippe "Profite du petit air frais!..."  Tu parles, il faisait alors une chaleur à mourir et seul un air brûlant traversait le paysage... Lire la suite...

Badwater 2010 : Récit brûlant d’un bling-bling finisher…

Cela aurait pu être une histoire sportive. Cela aurait pu être une performance physique. Cela avait l’apparence d’un projet sportif : trois ans de préparation pour la course réputée la plus dure au monde sur route, 217km avec la Death Valley, 4000m de dénivelé cumulé et 50°C à l’ombre.
Ce fut bien plus que ça. Un projet de vie, un groupe qui partage l’aventure avec des collégiens, des amis, des proches, avec l’Association Fanette. Au final la road movie californienne de gamins turbulents tous quadra ou quinquagénaires. Un voyage vers un essentiel qui ne fait pas oublier qu’il n’est pas l’essentiel mais qui laisse penser qu’il y aura eu un avant différent de l’après et surtout un pendant de grande saveur…

Lire la suite...

Actualités

Team Brooks France 2014

Brooks m'a renouvelé sa confiance pour 2014 comme c'est le cas depuis 2008.
Le matin des 100km de Steenwerck, la dotation en matériel est arrivée avec notamment le choix de chaussures que j'avais fait : Launch, Pure Flow et Pure Connect. Le choix du minimalisme et du plaisir de courir comme je l'expliquais récemment...

Lire la suite...

100km de Steenwerck 2014 - Trop juste pour espérer mieux...

Une préparation inédite, moins de sorties longues, quasi plus de rapide, l'obligation de jongler serré-serré avec l'emploi du temps, bref il n'y a pas eu de miracle pour moi. Ca reste très positif car je me suis éclaté en compagnie de mes suiveurs, bouclant ce 100 bornes (mon 20ieme mais le premier dans le Nord) en 9h11 à la 2ieme place (sur plus de 400 partants).

Lire la suite...

24 heures de Portet sur Garonne, 5 & 6 avril 2014

Les 5 et 6 avril prochains auront lieu les 24 heures du Confluent à Portet sur Garonne. Créée en 2011 par le club du Portet AC, cette épreuve s’est d’emblée imposée comme une référence sur la scène régionale puis dans le concert des nombreuses courses de 24 heures organisées en France. Référence de par la qualité de l’organisation mais surtout par la très grande convivialité qui règnent dans et autour de l’organisation de l’épreuve. Lire la suite...

Instantanés...

courirSimplement-Juin2014b-Xsmall

Version "vidéos"

dailymotion

youtube

Partenaire

brooks logo
Mon partenaire équipementier depuis 2008.

Qui suis-je ?

Vincent Toumazou

 

à Méditer

guillemet-openLa terre, c'est le Paradis, le seul que nous ne connaîtrons jamais. Nous le comprendrons le jour où nos yeux s'ouvriront. Inutile d'en faire un Paradis, c'est le Paradis. Nous n'avons qu'à nous rendre dignes de l'habiter. L'homme nanti d'un fusil, l'homme qui a le meurtre dans le coeur est incapable de reconnaître le Paradis même si on le lui montre."
Henry Miller, Le cauchemar climatisé

Lexique

courir : v. i., se déplacer en agitant les jambes ou les pattes comme pour marcher mais à vitesse plus élevée.

simplement : adv., de façon simple, facile à comprendre.

plaisir : n. m., sensation, émotion, agréable de satisfaction.

envie : n. f., besoin qu'on a le désir de satisfaire.

bien-être : n. m., sentiment de bonheur, d'aisance spirituelle.