courirsimplement.fr

Vous êtes ici : Accueil Récits Au-delà de 100km... Cannonball 2007, Rock'n Roll is not dead !

Cannonball 2007, Rock'n Roll is not dead !

cannonball 2007Le récit joyeux d'une folle épopée nocturne de 125km entre le Verdon et le Cap Ferret, la côte girondine sur toute sa longueur du nord au sud. Avec l'odeur des pins et le vent de l'ocean, un régal...
A
vant de vous laisser courir au milieu de ces mots nocturnes, j'ai aussi une grosse pensée pour mon copain d'enfance Denis, océanographe, tragiquement disparu en juin dernier lors d'une campagne de mesures dans des baïnes landaises et pour mon ami Michel, planétologue, coureur de comètes et diseur de cieux parti il y a deux ans mais qui s'obstine encore à prendre mes foulées. Le périple qui suit m'a souvent ramené près d'eux.

J'adresse un gros clin d'oeil plein d'amitié et de reconnaissance aussi à mon pote Jean-Pierre Vozel aussi économe de ses mots que je suis volubile et sans qui je n'aurais pas connu cette belle parenthèse. Muchas gracias, amigo !

Jour J -longtemps

Quelques semaines après les 100km de Belvès, je suis un coureur stérile. Stérile de mes mots qui ne viennent pas pour raconter cette course périgordine chargée d'émotion toute familiale. Stérile de mes foulées puisque des petits pépins physiques me tiennent éloigné de la course. Je suis redevenu celui que je n'aime pas, celui qui ne court pas, celui qui se sent vulnérable faute de ne pouvoir courir ce qui le fait rêver, incapable d'efforts dignes de ce nom. Début juillet, un diagnostic médical met des mots sur mes maux. Contractures du petit fessier et du pyramidal avec pour réaction en chaîne, une irritation du nerf sciatique. D'aucuns me conseillent de faire un IRM, d'autres d'aller chez le kiné. Par conviction, je m'obstine à rester éloigné de cette médecine que je considère de confort. Je me suis blessé à courir, je n'ai qu'à stopper et attendre. Une batterie d'étirements quotidiens est mise en place. Voilà donc où j'en suis au milieu de l'été.
Coureur stérile donc. Coureur frustré aussi. Depuis notre voyage (de noces) dans l'ouest des USA en mai, j'ai décidé de faire la Badwater en 2010. Le projet prend corps en même temps qu'un dossier structuré mais il est difficile de se projeter si loin, sur une telle course quand on ne court plus. Et puis j'ai renoncé à faire Millau. Je me sais incapable d'être suffisamment en forme pour mener l'allure des 9 heures cette année encore et mes années difficiles à Millau ont la rancune tenace. Double frustration donc et exit Millau !

Les étirements et la prudence comme pansements, ces plaies bien superficielles (nous ne parlons que de course à pied, est ce si important ?) cicatrisent et lors de ma première semaine de congés à Lacanau vers le 15 août, je cours trois fois, foliiiie ! Trente minutes, puis quarante et enfin cinquante où je dois bien l'avouer, j'en bave salement.
Au retour de cette deuxième sortie « longue » de 40. minutes (vous suivez toujours ?), Jean-Pierre Vozel m'envoie un SMS qui me crucifie, « suis engagé à la Cannonball ».
J'avais bien vu des annonces sur cette course du 22 septembre mais à l'époque je pensais encore aller à Millau. Ce parcours m'avait pourtant fait frissonner. Pensez donc, c'est un rêve ce parcours. L'océan, les pins, la lande, les pistes bref, mon enfance. Et Gérard Caupenne se décide à l'organiser. Je n'hésite pas longtemps à m'engager et Nathalie ne fait rien pour m'en dissuader. Une course contre la montre s'engage, il reste cinq petites semaines autant dire rien pour se préparer à une telle distance. Même si je dois courir très doucement voire marcher et finir en rampant, je veux y être. Je ne me fais aucune illusion sur la forme que je pourrai avoir le jour J, cela n'a aucune importance. J'ai de nouveau un objectif en tête, le coureur qui est en moi revit. Quelques itérations avec Gérard et Jean-Pierre finissent de sceller mon destin pour ce 22 septembre.
Dès ce jour, les douleurs sciatiques vont régresser au fil des sorties et des étirements. Le corps reste un grand mystère à moins que l'esprit ne s'en soit mêlé. Une chose est sûre, sans Jean-Pierre, je serais resté arc-bouté sur Millau et sur ma déception.
Deux sorties longues, dont une de 3h15 avec Jean-Pierre deux semaines avant la Cannonball, plus tard nous voici donc au matin du Jour J.

Tronçon 0, les trouvailles et autres retrouvailles

départ Cannonball 2007Samedi 22 septembre 2007 au matin, me voici donc conduisant vers Le Verdon en grande discussion avec Jean-Pierre Vozel et Vincent Bompart que nous avions connu lors de 340km & Fanette. Nathalie, mon épouse et Isabelle, une amie nous accompagnent. Je suis triplement puceau avant cette Cannonball.
Pour ceux qui ne connaissent pas cette équipée sauvage, le parcours est libre entre la Pointe du Verdon et celle du Cap Ferret, départ à 16 heures avec donc l'assurance d'y passer la nuit. Il y a cinq point de ravitaillement obligatoires et entre, c'est libre, plage et sable ou chemins et pistes. Au plus court, par la plage, 110kms, au plus long, par les pistes, 125 pitons à s'enquiller. Le tout en autonomie et sans assistance. Je n'ai jamais dépassé 100km d'une traite, jamais couru long sans suiveur et jamais passé une nuit non-stop. Pour autant, je n'ai aucune appréhension, ce sera une randonnée courue, rien de plus. Je viens pour découvrir et monter en puissance vers les courses de 24 heures et la Badwater.
Trajet en voiture sympa, l'autre Vincent nous sert quelques blagues et voilà comment on se retrouve face à cette aventure de sable, de nuit et d'efforts. Avant le départ, on fait connaissance un peu plus avec nos compagnons de fortune. On retrouve des têtes connues et amies.
Pour la gagne, je parie sur le trio Florian Henaux, le géant Sylvain Delépine aux rouflaquettes bien Rock'n Roll et Bernard Constant un dur de dur.
Briefing sur la ligne de départ, bises à ma chérie qui fait quelques photos et nous voilà partis. Je suis heureux et sans aucune appréhension, je pars la fleur à la boutonnière pour une balade entre potes.

Tronçon 1, Le Verdon-La Négade, on the road again...

Dès le départ, Jean-Pierre et moi faisons route commune. Nous avons choisi l'option par les terres et ce premier tronçon nous permet de nous mettre dans le bain. A peine le temps de jeter un oil vers le phare et l'océan, nous voici sur les pistes cyclables avec Florian et d'autres dont nous faisons connaissance. Allure de sénateurs pour tous, on fait chauffer la machine en douceur.
canbal 349En traversant Soulac, nous avons tout loisir d'admirer les veilles maisons style « bord de mer » avant de filer vers le premier ravitaillement. Nathalie est là qui prend quelques photos et rendez vous est donné « chez nous » pour la traversée de Lacanau vers minuit.
J'ai beau être à l'affût, aucune douleur inquiétante de sciatique ne vient me gêner.

En descendant sur la plage de la Négade pour le premier contrôle de ravitaillement, je vois qu'il y a déjà foule. On doit être 11 et 12ieme. Certains coureurs choisissent alors l'option qui s'avérera payante, la plage. Je repars avec Jean-Pierre vers les tours et détours des pistes cyclables autour de Montalivet.

Tronçon 2, La Négade-Le pin sec, Motivé, motivé, faut se motiver...

Sur les longues lignes droites du début de tronçon, petites douleurs musculaires et mouches plates font leur apparition. Si ces dernières méritent des claques, les premières méritent mon attention. Je mets donc à profit les exercices de concentration-respiration que j'ai mis au point à partir d'un excellent article de François Castell dans le Magazine Ultrafondus. J'ai aussi démarré une stratégie Cyrano-intelligente de 19 minutes de course et une minute de marche. Une bonne hydratation et alimentation font le reste et tout rentre dans l'ordre. On se laisse donc glisser tranquillement avec Jean-Pierre, la vie est belle, le ciel brille et le soleil est bleu. L'esprit est clair, c'est évident, tout va bien.

Après 2h15 de course, le premier tronçon forestier sablonneux fait son apparition. On marche, on trottine mais à ma grande surprise, Jean-Pierre décroche et me dit de ne pas m'en faire, qu'il rentrera plus tard. Je l'écoute mais en entrant dans Montalivet, je me retourne et comprends qu'il y a un problème. Nous qui espérions vivre ce périple ensemble, c'est cuit, râpé... Je l'appelle, lui propose de l'attendre. Il décline et me voilà seul à filer le long d'une route rectiligne.

Je me sens incroyablement bien et confortable. Facile et heureux. J'ai l'impression d'avoir passé une porte, d'explorer une partie de moi que j'ignorais jusque là. Un îlot apaisé et serein. Je pense à des choses agréables, à des moments heureux. Je regarde les pins, la lande, les genêts et la lumière du soleil qui descend sur ma droite et qui les fait briller. Ca sent bon. Je suis dans un paradis, en harmonie avec ce jour, ces instants, mon corps, la forêt, toutes ces émotions. Me revient alors ce passage d'Henry Miller, préface à son livre « le cauchemar climatisé » :

« N'aimons point la terre d'un amour pervers. Cessons de jouer les récidivistes. Cessons de nous massacrer les uns les autres. La terre n'est pas une tanière, et pas davantage une prison. La terre, c'est le Paradis, le seul que nous connaîtrons jamais. Nous le comprendrons le jour où nos yeux s'ouvriront. Inutile d'en faire un Paradis, c'est le Paradis. Nous n'avons qu'à nous rendre dignes de l'habiter. L'homme nanti d'un fusil, l'homme qui a le meurtre dans le cour est incapable de reconnaître le Paradis même si on le lui montre. »

Je respire à fond et prolonge ce shoot. Je plane.

La piste cyclable se fait vieille route puis chemin de sable. Je croise deux chasseurs. Bredouilles et goguenards. « Tu es le cinquième. Le premier est un grand qui court comme un fou, un géant. Allez, bon courage. » Sympa, en plus, je vois de qui il parle.
Après avoir croisé les chasseurs, je retrouve l'odeur du sable. Je m'arrête, me penche, en prends une poignée, je la sens et là, le temps s'arrête puis remonte trente ans en arrière. Me voilà au milieu d'un peloton, la bille au milieu des cyclistes. Une pichenette du pouce sur la bille et mon Zoetemelk à moi passe devant un Hinault de plomb. La nuit tombe sur ce samedi d'automne, mon père m'appelle et je laisse jusqu'au lendemain, ce peloton de tour de France dans les cols de sable du terrain familial. Ne me  restent que l'odeur de ce sol au bout des doigts et une bille glissée dans la poche. Trente ans après, la bille me sert la gorge alors que cette odeur de sable venue de mon enfance emplit mes narines.

vincent toumazouJe m'enfonce un peu plus dans la forêt. Le soleil descend sur l'ouest. Je dois me dépêcher d'atteindre la plage si je veux le voir rougir l'horizon. Devant moi je distingue un coureur. Le premier depuis plus d'une heure. Lentement, je le reprends. « Salut, ça va ? »

A présent c'est aussi la fin du jour. Les mouches plates savent que le restaurant (à savoir NOUS) va fermer pour la nuit. Un fada a du leur crier « A table, les filles ! Derniiieeerrr Seeeeeeervice !». Alors elles se lâchent et attaquent tous azimuts. Pas envie ni le temps d'attraper la bombe anti-folles. Sans mentir, à chaque assaut, elles ne me piquent pas, non, elles me ponctionnent 3 litres de sang. Sans mentir. C'est donc exsangue mais en bonne forme que j'atteints le deuxième ravito.

Là, je prends du salé, des gâteaux TUC, de l'eau gazeuse, un peu de jambon blanc. Un bénévole (le mot est faible) me remplit la poche à eau. Je récupère ma poche de ravitaillement et c'est reparti. Seul regret, le soleil ne m'a pas attendu.

Tronçon 3, Le Pin sec-Carcans Océan, dans la troupe, y'a pas d'jambes de bois...

J'ai mis la lampe frontale et c'est un tronçon de 4 kilomètres de plage pour rejoindre les pistes à Hourtin qui s'offre à nous. Nous ? Oui, car nous sommes repartis à trois. Alexandre rattrapé avant le contrôle de ravitaillement et Bernard Constant dans un jour sans m'accompagnent. Rapidement, je les lâche et me retrouve seul. J'allume la frontale et me prépare à de longs, longs moments de solitude.
Je remonte à présent vers les maisons d'Hourtin plage. Devant un restaurant, de longues tables sont dressées et des gens souriants s'apprêtent à faire la fête. Je m'arrête discuter deux minutes, profite de ces instants de présence humaine, demande la direction de la piste cyclable et m'apprête à faire le grand plongeon dans le noir et la solitude de la forêt.

En retrouvant le cordon clair de la piste cimentée, je ne suis pas rassuré, rassuré. Je me trouve vite quelques prétextes à des arrêts. Pause pipi, puis arrêt pour enlever les lunettes. La lumière de la frontale éclaire la face intérieure de mes verres de lunettes et je me retrouve dans le brouillard. Je préfère encore voir la piste et me priver du tableau de bord, ma montre en l'occurrence. Comme le pilote de biplan, me voilà donc le nez au vent à surveiller la terre d'en haut en écoutant le moteur à étoiles... Et ça tourne bien rond ! Nickel chrome.
La lune face à moi éclaire curieusement un paysage qui m'est d'ordinaire familier. Des pins, des genêts, de la bruyère, du sable. Mais surtout des ombres. En fait j'ai l'impression de feuilleter un album photo en négatif. Mes souvenirs d'enfance mettent tout cela en technicolor y ajoutant une bande son et je file à l'écoute de mon corps. Parfois j'entends des bruits curieux. Alors je parle à voix haute, je m'encourage. Un fada...

Par moment aussi, je chante dans ma tête, un vrai juke box. De tout, du Fersen, des Doors, du Grace Slick.

"Je voletais dans les ténèbres à l'allure d'un convoi funèbre
Je gouttais l'air de la nuit, je ramais sans faire de bruit
Dans l'épaisseur du silence lorsque je fus ébloui
Par une chaude incandescence qui émanait d'un beau fruit."

Tout y passe...

"There was a boy
A very strange
Enchanted boy
They say he wandered
Very far, very far
Over land and sea
A little shy and sad of eye
But very wise was he."

Je regarde la lune mais la piste morcelée par endroits impose la vigilance. Ca fait plus de cinq heures de courses dans les jambes et enfin, tant je pensais connaître cela avant, enfin je connais un coup de mou. Je suis encore à plus de 10km du prochain ravitaillement et je me vois mal faire seul les 75km restants. Seul et dans la nuit. D'autant qu'il fait froid et humide et que curieusement parfois, la terre nous renvoie des bouffées de chaleur. Des odeurs aussi...

Je repense aux exercices de préparation mentale, pense à des moments de course heureux, à des choses agréables et j'arrive à retourner mes sensations. J'ai alors une perception incroyable de mon corps. Je l'entends vivre à chaque souffle. Je le vois fumer à chaque expiration.
Et j'alterne, marche, course, boisson, gels, compotes. Cet effort fractionné par les tronçons et par le rythme de la méthode Cyrano paraîtra finalement court, c'est incroyable.

Au fond des bois, un bruit me sort de ma volupté. Le téléphone... C'est mon père, en vacances au Pays Basque. La communication est mauvaise. « Ca va, je suis super bien. Je reviens devant. J'arrive sur Carcans. Je vous embrasse. »

La piste est vallonnée par endroit et je me souviens d'une nuit de décembre 1985 où j'avais couru dans des lieux voisins avec un certain Gérard Caupene. Mais les lumières de Carcans sont là au moment où je prends un gel en sublingual pour couper court à une hypoglycémie.

En arrivant sur la plage au ravitaillement, je trouve deux malheureux, assis et silencieux. Le très jeune Steve qui avait occupé la tête de course à la faveur d'une stratégie par la plage payante et Sylvain, le géant aux rouflaquettes qui était parti en tête à la faveur de grandes qualités. Ces deux là, j'ai plaisir à les voir. Ils n'ont l'air pas au mieux. Je récupère un vêtement, du ravitaillement, je mange du salé et leur propose de faire cause commune mais à une condition, passer par la piste. Et le trio se forme. Nous sommes alors 3, 4 et 5iemes.

Tronçon 4, Carcans Océan-Le Porge Océan, show me te way to the next Whisky Bar...

Steve, le plus jeune, le mousse se retrouve donc avec deux vieux pirates très Rock'n Roll partis à l'abordage de la deuxième moitié du parcours. Tous deux fans des Roadrunners dont j'arbore le badge sur mon sac à dos, nous pourrions chanter « Initiation rites » :

"Ceremony gonna start
Are you ready to play your part
Master gonna teach you what to do."

Mais foin de chanson ! En tous cas, à trois, ça va mieux. J'ai trouvé aussi bavard que moi, Sylvain. Et puis, la méthode Cyrano est adoptée et adaptée maintenant à 9 minutes de course, 1 minute de marche. La piste est en bon état et facile et là, je la connais comme ma poche.
Steve n'est pas au mieux, pale, voire blanc comme une merde de laitier. A priori, une hypoglycémie. Et pourtant, il ne semble pas décidé à s'alimenter. Les deux papys haussent le ton. On se met à son rythme, on le force un peu à se re-sucrer et il semble aller mieux. Mais voilà, quand on court, ça embraye costaud. Le Sylvain n'est pas un cador pour rien. Ca envoie et du lourd. Quand il est devant, je suis parfois presque limite. Aux premières lueurs de Lacanau, Steve décide de ralentir.

sept20070050Nathalie nous attend au « route 66 » un resto bar sur le parcours dans Lacanau. Ca me fait drôle d'y passer en course, de nuit. En retrouvant les lumières des rues, nos conversations s'animent. On se dit que reprendre la tête est jouable. Les deux premiers nous ont précédé d'environ 30 minutes au départ de Carcans mais sont passés par la plage. Et la marée monte, donc la plage rétrécit... Pas le temps de trancher, le « Route 66 » est là.
Les noctambules présents dans la salle voient entrer deux grandes seringues, une frontale sur la tête, des yeux éclatés de lapins albinos et une odeur de putois pour tout Chanel n°5. C'est du brutal... Je retrouve Nathalie, Isabelle, ma soeur Christine et son ami. Il s'avérera que nous ne sommes pas trop branchés gaudriole ou blagues de Toto. On se jette un demi que l'on se partage et on repart après avoir assuré que tout va bien.
Et c'est le cas.
En sortant du « Route », Jim Morrison me chante dans l'oreille « Rock'n Roll is dead ».

"When I was just a little boy, About the age of five I went to sleep, I heard my mama and papa talking, She said, "We got to stop that boy, He's gettin too far out, He's goin' wild yeah, We gotta stop that child." And I lay there listenin', Feeling bad."

Pas du tout, Jim ! Rock'n Roll is not dead. On va lui prouver, en finissant cette course de la façon la plus Rock'n Roll qui soit. Born to Run ou Born to be wild , c'est selon mais pas born pour rien.

Ce soir, plutôt cette nuit, nous sommes born pour aller au bout de cette course, au fond de nous, ouvrir nos portes une par une, explorer ce qui nous est inconnu. Courir tout ce que l'on sait et aussi, pour paraphraser le grand Bobby Lapointe, courir ce que l'on ignorait.

Nous voilà de nouveau dans le noir, direction plein sud sur la Route du Lion. Ma connaissance -c'est peu dire- des lieux nous permet d'optimiser notre route et d'éviter certaines bosses. Nous continuons sur un rythme soutenu après plus de neuf heures de course un peu folles à présent. Je n'en reviens pas. Parfois, un coup de moins bien, une baisse nous oblige à gérer mais tout va vraiment bien. Incroyable et inespéré. Je me découvre en découvrant cette autre façon d'aborder et gérer des efforts de ce type.

Après un long passage au milieu d'un parking désert, nous trouvons le ravitaillement sur la plage du Porge. Deux courageux qui vont y passer une longue nuit, nous y attendent et se mettent en quatre pour nous. Nous prenons un ravitaillement salé. Je me mets une couche de vêtement de plus, un vrai oignon...

En empruntant le sable qui ramène vers la piste, celui-ci se fait neige dans les phares de nos frontales, craquant sous nos foulées. Une belle poudreuse, blanche, fraîche ! Nous voilà skieurs sur les pentes hors pistes de nos vies. Pour quelques heures encore, free-riders de cette première nuit d'automne.

Tronçon 5, Le Porge Océan-Le Truc Vert, This is the end, beautiful friends...

Prochain tronçon, 23 kilomètres et des brouettes. Au moment de quitter le ravito, nous avons croisé Steve. Il est maintenant seul donc mais toujours très très courageux.
Des copains en train de festoyer à Bordeaux m'appellent. Ca fait plaisir et sourire. Je raccroche et ça sonne de nouveau. C'est Nath, « je file au lit, bon courage ». Il est 2h45 du matin...

23 kilomètres devant donc. Je me doute qu'ils vont être durs. On va bientôt passer la barre des 100km, celle que je n'ai jamais franchie. Pour l'instant c'est 88km derrière nous et des phares de voiture face à nous. C'est Gérard Caupene qui vient aux nouvelles. Nous n'avons plus aucune chance de récupérer la tête. La messe est dite et même pire...

Après 30 minutes d'euphorie post-ravitaillement et repas, le bal des hypoglycémies et autres coups de pompes commence. On adoucit le rythme des successions marche-course. On s'attache à bien ravitailler. On parle de moins en moins. On s'encourage, guettant que l'autre soit toujours là, à côté. Les deux pirates forment un vieux couple. Chacun s'attache au confort de l'autre, l'encourageant, lui rappelant de bien s'alimenter. Sympa en tous cas...

A un moment, Sylvain me fait une surprise. Il me sort son catalogue de vents. De vents, de pets, de caisses et autres flatulences. Il y a prescription, je peux donc le dire. Ca pue gravement et ça m'oblige à repasser devant. Quelle motivation !

Contrairement à ce que Gérard avait dit, les bosses succèdent aux dunes non-stop. Je le maudis presque.

La lune a disparu sur l'ouest. Depuis longtemps la nuit est d'encre. Lorsque le brouillard ne voile pas le pinceau blanc de nos frontales, le ciel est sublime. Des étoiles face à moi, proches à les toucher. Je cours sur un ciel que Michel aurait pu me raconter, me décrire, me commenter. Le fracas des vagues nous accompagne depuis des heures sans que nous y prêtions attention.

La lassitude arrive pour moi et je vais connaître une heure très difficile. Je n'ai pas mal aux jambes mais je suis las. Il doit être 4 ou 5 heures, je ne sais pas ou plus. Les épaules sont lourdes de porter ce sac depuis 12 heures. Un sac de couillon rempli de choses inutiles. Il doit avoisiner les 4,5kg voire plus. Crème anti-frottements, crème anti-insectes, cachets anti-arbres, poudre anti-lacets défaits, potions magiques, lotions capillaires, catalogue des 3 Suisses, compotes à boire, gels, piles neuves (cherchez les intrus...), il ne manque que le PC portable.
Là, Sylvain va être grand. Il va me traîner, m'emmener jusqu'au prochain ravitaillement. L'accès est sans fin. La plage est loin, loin.

Tronçon 6, Le Truc Vert-Le Cap Ferret, C'est un beau roman, c'est une belle histoire...

Passage rapide au ravitaillement. On veut en finir. On repart ragaillardis après une nouvelle pause repas salé et café. Là, on s'est remis à envoyer du lourd. Et la dernière partie sur piste passe vite, très vite. Par intermittence, la lumière du phare du Cap Ferret nous guide. On y est.

Une dernière dune, la plage, plus que 4 kilomètres. Une dernière galère. Il fait nuit noire, il y a du brouillard, des baïnes. On galère. Les vagues du shore-break nous font la course à l'échalote. Sylvain qui m'a dit avoir eu des pépins de santé connaît une grosse dernière alerte. J'ai soudain très peur. On s'arrête. Il prend un dernier gel, boit. On repart. Ca ne finit jamais. Mais où est cette putain d'arche d'arrivée ? La barre des 15h de course arrive.

Arrivée Cannonball 2007La voilà, l'arche ! On court comme des morts de faim, des fous. 14h59... 125kms. 3ièmes ex-aequo. L'émotion me sert la gorge. On se tombe dans les bras.
Merci, Sylvain.
Je ne suis pas peu fier d'avoir écrit avec toi cette page de souvenirs dans l'album de ma vie.

Caroline Caupene, Madame Billard et d'autres sourires nous accueillent. Bravo à Jimmy le deuxième et Florian le premier.

Le ciel s'embrase sur la dune du Pyla. Le soleil va se lever. Jean-Pierre voulait voir ce lever du soleil. Je dois le regarder pour lui, pour le lui raconter. Mais pfff... Mes yeux se ferment. Je m'endors, assis. Je suis cuit, heureux.

On raconte parfois qu'il y a trois personnes en nous. Celle que l'on voudrait être, celle que l'on croit être et celle que l'on est vraiment. Je me fiche de la dernière. Je peux à cet instant me regarder en face, dans mon miroir intérieur. L'eau du miroir est redevenue claire. Je suis apaisé. Celui que je rêve d'être et celui que je crois être ne renvoient qu'un reflet. Laissez moi encore rêver...

Voilà, nous sommes mardi soir très tard, il est minuit passé de. pfff, il est tard. Je viens d'écrire ce texte comme j'ai couru cette nuit forestière et girondine. D'une traite, en un souffle, porté par une incroyable énergie. Ma préparation était minimaliste. Je partais sur cette Cannonball à la découverte, curieux de ce qui pourrait arriver. Je n'en attendais rien. J'ai finalement tout eu, plus que je n'aurais pu espérer.
A cette heure, plus de mal aux jambes, tout juste encore aux épaules. Ne subsistent que les boutons des mouches plates, celles qui sans mentir m'ont piqué des litres de sang. Subsiste surtout au fond de moi une envie d'aller voir plus loin. Courir plus longtemps pour ouvrir d'autres portes en découvrir en moi d'autres espaces. Le corps est une machine extraordinaire, détentrice de ressources incroyables, capable de choses que l'on pensait infaisables. Le corps peut tout cela. Mais il faut aussi avoir la sagesse d'écouter ce corps, trouver son équilibre, se mettre en harmonie.

Vastes programmes, belles perspectives...

 

(Photos : Nathalie Toumazou et Organisation Cannonball)
Récit paru dans le Magazine Ultrafondus.

Partenaire

Topo
Mon partenaire "chaussures" depuis 2018. J'en suis l'ambassadeur.

100km de Millau

millau

Esprit & Course

esprit2

Simplicité...

simplicite

Badwater

badwater2

La foulée décisive

fouleeDecisive

Histoires d'Ultra...

histoire2

Coups de coeur...

coeur

Récits, à lire aussi...

100km du Vendée Ultra Trail 2011 : Ambiances d’enfer dans un paradis…

Une 100 bornes en Vendée est forcément plat. C’est même une classique…
C’est un trail ? Alors c’est un trail plat !
Eh non ! C’est d’abord la nuit qui nous enveloppe. Une nuit qui fume de brumes.  Une route, un virage, une sentier, une bosse. La première d’une très longue série. Des haies entre lesquelles, je file. Des cailloux, des branches qui se penchent. Un talus, des foulées en devers. Un pont, un sentier large qui repart en dénivelé. Une descente qui torture le routier dans le noir de la nuit puis des rochers qui se dorent au soleil en son lever.  
Débutent alors les instants 10 fois, 100 fois, 1000 fois déclinés dans cette journée.  Les coureurs se lient d’amitié. Lire la suite...

Millau 2010 : Adieu Millau, nous nous sommes tant aimés...

Deux mois et demi après la Badwater, je me dis qu'un petit passage 100% plaisir aux 100km de Millau serait sympathique, histoire de retrouver ce parcours et tous les copains. Quelques columérins qui avaient gouté l'Ultra en venant partager mes sorties longues pré-Badwater se lancent dans le grand bain à cette occasion et j'ai très envie de les voir en action, histoire de capter leur émotion sur ce mythe.
Je ne m'en suis jamais caché, j'ai un attachement particulier à Millau. J'y suis allé enfant pour suivre mon père en vélo puis en 1986, j'avais 18 ans, je l'ai fait pour la première fois. Cette année 2010 sera mon dixième passage et je l'espère, ma neuvième arrivée.. Lire la suite...

Aulnat 2007 : Parenthèse enchantée en Circadie

Le dimanche 23 septembre 2007, je foulais avec mon comparse Sylvain la plage du Cap Ferret à l'issue d'une magnifique nuit d'échappée belle au travers de « mes » forêts. Encore la tête dans ces étoiles, j'écrivais quelques deux soirs plus tard :
«  On raconte parfois qu'il y a trois personnes en nous. Celle que l'on voudrait être, celle que l'on croit être et celle que l'on est vraiment. Je me fiche de la dernière. Je peux à cet instant me regarder en face, dans mon miroir intérieur. L'eau du miroir est redevenue claire. Je suis apaisé. Celui que je rêve d'être et celui que je crois être ne renvoient qu'un reflet. Laissez moi encore rêver...(.) Subsiste surtout au fond de moi une envie d'aller voir plus loin. Courir plus longtemps pour ouvrir d'autres portes en découvrir en moi d'autres espaces. Le corps est une machine extraordinaire, détentrice de ressources incroyables, capable de choses que l'on pensait infaisables. Le corps peut tout cela. Mais il faut aussi avoir la sagesse d'écouter ce corps, trouver son équilibre, se mettre en harmonie. Vastes programmes, belles perspectives. » Lire la suite...

Actualités

2018, Ambassadeur Topo Athletic

100kmPia2017 toumazouJe suis depuis mars 2018 ambassadeur de la marque Topo Athletic qui fabrique d'excellentes chaussures de running à "drop réduit", 0 à 6mm.
J'avais testé la Fly Lite avec succès et surtout beaucoup de plaisir lors des 100km de Pia en novembre.
J'ai donc récemment reçu une première dotation avec  la version 2 de cette chaussure Fly Lite que j'aime beaucoup avec son drop de 3mm. Je ne manquerai pas de la tester intensivment très bientôt et de vous faire un retour d'expérience comme on dit dans le spatial.

Lire la suite...

Les 100km de Pia pour mes 50 ans

100km Pia 2017Comment célébrer "dignement" un anniversaire des 50 ans qui vous travaille?
En courant un 100km, ceux du Spiridon Catalan en l'occurrence. Simple, non?
C'est donc ce que j'ai fait le samedi 4 novembre 2017. Au programme de ce jour, une température agréable, des organisateurs au petit soin, des copains retrouvés et croisés 20 fois sur cet aller-retour à courir 10 fois.

Lire la suite...

It's been so long...

ToumazouEntorse smallVoilà bien logntemps que le site n'a pas été mis à jour. La faute à la vie en général et des priorités mises sur bien d'autres choses du quotidien.
Depuis que je travaille à Bruxelles, j'ai evidemment moins de place pour la course : peu d'espace pour courir, peu de temps, plus de fatigue et donc moins d'envie. Moins de disponibilité aussi pour écrire et mettre à jour le site. Une famille en expatriation demande pas mal de disponibilité et d'énergie.

J'ai bein fait quelques courses mais sans possibilité de performances. Et quand c'était l'objectif, il n'était pas atteint. J'ai aussi fait de bonnes conneries, comme ce trail de 76km peu technique où je me suis tordu la cheville au départ mais que j'ai couru néanmoins durant 7 heures ce qui m'a valu le résultat de la photo.

Lire la suite...

Instantanés...

courirSimplement-Juin2014b-Xsmall

Version "vidéos"

dailymotion

youtube

Qui suis-je ?

Vincent Toumazou

à Méditer

guillemet-openLa terre, c'est le Paradis, le seul que nous ne connaîtrons jamais. Nous le comprendrons le jour où nos yeux s'ouvriront. Inutile d'en faire un Paradis, c'est le Paradis. Nous n'avons qu'à nous rendre dignes de l'habiter. L'homme nanti d'un fusil, l'homme qui a le meurtre dans le coeur est incapable de reconnaître le Paradis même si on le lui montre."
Henry Miller, Le cauchemar climatisé

Lexique

courir : v. i., se déplacer en agitant les jambes ou les pattes comme pour marcher mais à vitesse plus élevée.

simplement : adv., de façon simple, facile à comprendre.

plaisir : n. m., sensation, émotion, agréable de satisfaction.

envie : n. f., besoin qu'on a le désir de satisfaire.

bien-être : n. m., sentiment de bonheur, d'aisance spirituelle.