courirsimplement.fr

Vous êtes ici : Accueil Récits Histoire d'un autre temps Histoire d'un autre siècle

Histoire d'un autre siècle

cpybernardmalhache audaxAutant que je m'en souvienne, c'était un samedi soir un peu frais du mois de mars 1972. A 21 heures je me trouvais sur la ligne départ du premier 100 km marche à Bordeaux (brevet AUDAX). Des copains m'avaient parlé de cette épreuve. Ils devaient se trouver à mes côtés pour partager « cette belle aventure ». Mais entre les paroles et les actes il y a parfois l'océan à traverser! Et je me retrouvais orphelin et seul...

Pour la circonstance j'avais acheté des chaussures de sport. Les grands magasins de sport n'existaient pas, il n'y avait pas la débauche de matériel que l'on connaît à présent avec le développement des loisirs et la société de consommation. Je m'étais donc rabattu sur une paire de chaussures de tennis blanches Stanley Smith. Le vendeur m'avait aidé et conseillé pour choisir le modèle et la pointure. Il m'avait gââââté... Vraiment aux pieds « elles avaient de la gueule !».

Donc ce soir là, nous étions une centaine d'engagés. J'étais assez réservé mais le départ euphorique dissipa mes dernières craintes. Les discussions allaient bon train durant les premières heures. En particulier, un ancien joueur de rugby à treize, très athlétique encourageait de la voix les plus craintifs (il sera écrasé par un camion quelques temps plus tard alors qu'il participait à Paris Brest Paris en vélo). Dans ce genre d'épreuves il n'y a pas de concurrence, le but à atteindre étant d'amener le plus de monde possible à l'arrivée.

Sur les coups de minuit nous marchions vivement sur les boulevards de Bordeaux. Parmi nous, un prof de gym annonça à la cantonade : « nous allons passer devant chez mon père et il va nous faire le cri de TARZAN ».
Effectivement en passant devant la maison, fenêtres grandes ouvertes le père en question nous gratifia de son magnifique cri, une bouteille de champagne à la main. Je pensais à la joie débordante des voisins dans leur premier sommeil. Dans ma vie j'ai rarement entendu quelqu'un ainsi capable de réveiller la forêt vierge ! Il était doté d'un magnifique organe vocal !

Ce soir là, je devais dîner chez des amis en compagnie de mon épouse. Quelques minutes, après avoir entendu le cri de Tarzan, j'étais tout surpris de voir l'équipe qui avait abandonné ses occupations gastronomiques venir m'encourager. Dans ces conditions je ne pouvais que continuer pour aller jusqu'au au bout de l'épreuve. Quelques phrases échangées à voix feutrée avaient remplacé les conversations à bâtons rompus du début de « promenade » ; la file de marcheurs commençait à s'allonger. Malgré les recommandations réitérées « du chef de marche » certains avaient allègrement monté et descendu tous les trottoirs rencontrés dans la traversée de la ville.

La rampe du Pont d'Aquitaine et nos visages verdâtres, dus à la lumière de l'éclairage public (lumière monochromatique jaune du sodium basse pression) anéantirent les espoirs de quelques uns. Ils nous abandonnèrent définitivement alors que nous n'avions accompli que le quart du voyage. Un jeune voisin qui m'avait suivi faisait parti du lot.
Au lever du jour, les rangs s'étaient éclaircis et mes pieds commençaient à manifester quelques plaintes. Là, après un échange d'impressions avec « deux vieux routiers » je n'étais plus rassuré du tout ! Dixit «  pour la fin de la marche il fallait des chaussures comptant deux pointures de plus qu'habituellement ». Tout le monde savait cela, sauf moi! Je n'avais pas reçu le mode d'emploi.

Et l'impression de galère n'a pas tardé à se manifester. Après la halte pour un repas rapide à midi, j'avais l'impression de marcher sur des oeufs. Durant les dernières heures j'étais un peu largué mais attendu par un type sympathique (j'apprendrai incidemment beaucoup plus tard qu'à la fin de la guerre il était revenu d'un camp de concentration où il transportait les morts dans une fosse à l'aide d'une charrette. Ses capacités sportives lui avaient permis de survivre alors que les autres mouraient : je l'ai bien connu par la suite mais de cela il ne parla jamais.). Il m'encouragea et me tira dans son sillage jusqu'au bout. Je me traînais derrière lui, le regard accroché à son K.way vert : je ne vis rien d'autre jusqu'à l'arrivée où nous nous retrouvâmes une trentaine. Pour moi le but était atteint puisque je finissais dans les délais ( 20 heures de marche). J'étais heureux mais complètement cuit : j'avais marché plus de quatre heures avec le sang suintant à travers les chaussettes. J'appréhendais le moment où il faudrait me déchausser.

Sur le stade où se terminait notre périple, mon épouse et mes enfants qui m'attendaient étaient attristés : ma mine florissante de la veille s'étaient envolée au fil des kilomètres. Trop épuisé pour reprendre ma voiture, mon épouse me ramena à la maison avec la sienne. Et là ce fut une grande première : elle me déshabilla, me doucha et me coucha. Je reçus mon repas au lit mais seul et sans les chandelles ( il ne faut pas rêver...) ! Dès qu'elle me débarrassa de mes superbes chaussures Stan Smith, mes ongles qui avaient été serrés comme des sardines piquèrent une colère noire ! Alors que je les avais entretenus, coupés, choyés pendant tant d'années furent d'une ingratitude qui m'étonne presque encore aujourd'hui. Durant les jours qui suivirent, sans que je m'en rende compte, ils m'abandonnèrent en catimini. Je me demande même s'ils ne m'ont pas quitté un à un tout simplement, sur la pointe des pieds ( heureusement, un podologue me plaça des ongles artificiels en résine ou matière synthétique en attendant des jours meilleurs.).

La nuit parut longue et le sommeil difficile à venir : je continuais à marcher.

Je n'ai jamais oublié la tête du médecin quant à huit heures du matin, au pied de mon lit, il découvrit l'état de mes pieds. Sa première réaction fut de sortir son calepin pour établir un arrêt de travail. Dès qu'il m'indiqua ses intentions je l'arrêtai en lui précisant qu'il était appelé uniquement pour me soigner et que je ne voulais rien d'autre. Là, nouveau changement de visage, il me dit « je n'ai jamais vu un client comme vous ! »
Apparemment il semblait sincère : je devais être son premier spécimen du genre (en 1982 je récidiverai auprès d'un chirurgien, mais là c'est une autre histoire: il s'agit de course à pied). Il alla à son cabinet chercher son bistouri et m'ouvrit les ampoules aux pieds, excusez du peu, en quatorze endroits. Avec de si belles et nombreuses ampoules j'aurais pu éclairer un stade !

L'après-midi mon chef de service passa me chercher et nous nous rendîmes au centre régional d'une grande société internationale pour assister à une présentation de matériel suivi d'exposés et d'un buffet campagnard. Cravaté, en costume trois pièces et avec des charentaises aux pieds je ne passais pas inaperçu. Beaucoup de monde semblait au courant de mon aventure et me regardait du coin de l'oeil : il ne me manquait qu'un anneau dans les narines, accroché à une chaîne, pour ressembler à un ours tel que ce plantigrade était présenté autrefois dans les foires. Du moins je ressentais la situation de cette manière. C'est ainsi que je fis mon entrée dans le monde technique, assez fermé, de l'éclairage. Aux environs de minuit nous étions de retour et il me tardait d'aller dormir et d'arrêter de marcher. Les 100km étaient bien terminés.

Le lendemain matin j'assurais normalement mon travail à mon bureau mais avec encore des raideurs et toujours chaussé de charentaises ! Après quelques jours de repos je recommençais à courir mais je n'oubliais pas pour autant mon aventure. Au mois de mai de 1974, nullement découragé par ma première expérience j'étais de nouveau au départ d'un brevet Audax mais de 135 km. Entre temps les chaussures commençaient à évoluer et au cours de mon premier « défi » j'avais appris beaucoup de choses.

Ce jour-là, nous quittâmes Périgueux (Périgord), en début d'après-midi, pour rallier Bordeaux sous des trombes d'eau. Durant la nuit les douches se succédèrent et dans la journée le temps s'améliora. A l'arrivée j'étais heureux j'avais pleinement atteint mon but. Je n'avais pas d'ampoules et je n'en ai jamais plus eu de ma vie au cours d'épreuves de fond : 100 km, 24 heures par équipes ou courses de montagne. Il est toujours possible de transformer un échec, même aussi cuisant que celui que j'ai vécu, en victoire : il suffit d'opérer une analyse des erreurs passées et d'y remédier. Cela se nomme tout simplement l'expérience et j'avoue que j'en ai réalisé un certain nombre au cours de ma vie sportive et professionnelle. Aujourd'hui encore je continue d'apprendre. J'espère pour longtemps et dans beaucoup de domaines ! Avec le sport dosé et quelques autres ingrédients cela fait, peut-être partie, des secrets de la longévité en parfaite santé.

Partenaire

Topo
Mon partenaire "chaussures" depuis 2018. J'en suis l'ambassadeur.

100km de Millau

millau

Esprit & Course

esprit2

Simplicité...

simplicite

Badwater

badwater2

La foulée décisive

fouleeDecisive

Histoires d'Ultra...

histoire2

Coups de coeur...

coeur

Mots Clefs

Récits, à lire aussi...

Mini Mil Kil 2009 : J'ai couru au milieu des étoiles

Sur la route de la Badwater 2010, la Mini Mil Kil (200km entre Rodez et Sète, 3200m de dénivelé positif cumulé) s'est imposée comme passage obligé par sa ressemblance à des milliers de kilomètres de la Death Valley. Et en cette fin août, la météo va être notre alliée. En faisant grimper très haut le mercure des thermomètres, elle va transformer ce qui aurait pu n'être qu'une simple balade en une véritable répétition générale, chaleur et difficultés du parcours comprises. Plus de 26 heures d'efforts vont couvrir de succès cette aventure partagée empreinte d'humanité et de bonheurs simples. Comme un rêve éveillé dans une nuit d'étoiles... Lire la suite...

24 heures de Lombez 2008 : Toto ? Il court derrière l'église

Dimanche 28 septembre 2008, 10 heures. Partout en France, des coureurs d'ultra devenus boiteux rentrent d'un pèlerinage aux 100 kilomètres de Millau. En fidèle de cette épreuve, je devrais en être. Mais non.

Face à la halle et la cathédrale de Lombez, la place aux briques rouges éclate dans le soleil de l'automne. Michel, l'organisateur d'une épreuve de 24 heures superbe d'humanité, éclate en sanglots dans mes bras. Je ne vaux pas mieux. La fatigue sans doute. C'est sûr, même. Les émotions aussi. Peut être... Sûrement en fait. Mais je suis fort alors je ne peux pas avouer que ma gorge se tord, m'étrangle. Pensez donc, je viens de remporter mon premier ultra. C'est sûr je suis fort. Hé, j'vais pas fondre en larmes, me mettre en poudre. Pas là, pas maintenant. J'attends ces secondes de légèreté depuis des siècles, des bornes, depuis des nuits de rêves, de cauchemars d'échecs aussi parfois.

Lire la suite...

Histoire d'un autre siècle

Autant que je m'en souvienne, c'était un samedi soir un peu frais du mois de mars 1972. A 21 heures je me trouvais sur la ligne départ du premier 100 km marche à Bordeaux (brevet AUDAX). Des copains m'avaient parlé de cette épreuve. Ils devaient se trouver à mes côtés pour partager « cette belle aventure ». Mais entre les paroles et les actes il y a parfois l'océan à traverser! Et je me retrouvais orphelin et seul...

Lire la suite...

Actualités

L'édition 2014 de la Badwater en danger ?

badwaterLa presse US se fait l'écho de nouvelles alarmantes pour l'épreuve qui se déroule en partie dans le Parc National de Death Valley. En effet, l'édition 2014 de la Badwater est fragilisée par une interdiction temporaire en attendant les résultats d'étude d'impact menée actuellement sur les évènements sportifs (course, cyclisme) dans la Vallée de la Mort. Les services du National Park devraient donner les résultats de l'étude et confirmer -ou non- l'autorisation courant mars. Lire la suite...

Belvès-Millau, la renaissance d'un monument en 2015

la mythiqueC'est le retour d'un mythe des années 70-80 qui me fit rêver alors adolescent. Je vibrais aux exploits des "monstres" de l'époque, les Zabalo, Brengues, Stenger et Bellocq. La course faisait figure de truc fou et la voilà qui renait grace à Jean-Jacques Mérienne.
Elle aura lieu en juin 2015 avec un nombre limité de coureurs sur un parcours 100% route de 250km. Lire la suite...

Team Brooks France 2014

toumazou-brooksBrooks m'a renouvelé sa confiance pour 2014 comme c'est le cas depuis 2008.
Le matin des 100km de Steenwerck, la dotation en matériel est arrivée avec notamment le choix de chaussures que j'avais fait : Launch, Pure Flow et Pure Connect. Le choix du minimalisme et du plaisir de courir comme je l'expliquais récemment...

Lire la suite...

Instantanés...

courirSimplement-Juin2014b-Xsmall

Version "vidéos"

dailymotion

youtube

Qui suis-je ?

Vincent Toumazou

à Méditer

guillemet-openLa terre, c'est le Paradis, le seul que nous ne connaîtrons jamais. Nous le comprendrons le jour où nos yeux s'ouvriront. Inutile d'en faire un Paradis, c'est le Paradis. Nous n'avons qu'à nous rendre dignes de l'habiter. L'homme nanti d'un fusil, l'homme qui a le meurtre dans le coeur est incapable de reconnaître le Paradis même si on le lui montre."
Henry Miller, Le cauchemar climatisé

Lexique

courir : v. i., se déplacer en agitant les jambes ou les pattes comme pour marcher mais à vitesse plus élevée.

simplement : adv., de façon simple, facile à comprendre.

plaisir : n. m., sensation, émotion, agréable de satisfaction.

envie : n. f., besoin qu'on a le désir de satisfaire.

bien-être : n. m., sentiment de bonheur, d'aisance spirituelle.