courirsimplement.fr

Vous êtes ici : Accueil La plus belle Essai de 2d niveau

La plus belle...

Parcours 100km MillauTout ce que j'aime dans et autour de la course se catalyse chaque année, le dernier samedi de septembre, "jour de Millau". Les années où je n'y suis pas, j'y pense depuis l'heure du départ durant 24 heures délai maximum autorisé, m'imaginant les coureurs dans ces lieux que j'aime. Je vois alors le serpentin multicolore de chaque côté du Tarn sur la première boucle. Je ressens un petit pincement au moment où j'aurais pu aborder la deuxième boucle. Aller me retrouver face à moi-même dans Tiergues, sur les lieux même où j'ai constaté en 2003 ma faiblesse. Et puis cette joie à l'arrivée, ce sentiment de plénitude, de fierté aussi. Cette certitude que je suis bien vivant par delà ce parcours si difficile.

Et tous ces bénévoles. Leur dévouement, leurs sourires. Et parfois ces spectateurs qui scrutent votre passage sur le parcours, cherchent votre prénom sur la liste des partants et vous encouragent avec chaleur à vous en nouer la gorge.

J'aime cette course, plus que toute autre. J'en ai pourtant couru des centaines, à pied, en triathlon. Mais les choses les plus intenses, les plus belles, les plus dures aussi, elles sont là-bas, ou plutôt là-haut, quelque part entre Millau, le Rozier et Sainte-Afrique. Je vais y revenir, c'est sûr. Ceux qui ont lancé cette épreuve, ceux qui la portent aujourd'hui ne se doutent peut-être pas de l'engouement qu'elle suscite, de ce bonheur qu'elle procure. Alors, je n'aurai sûrement jamais l'occasion de le leur dire, à tous ces organisateurs, ces bénévoles, aux Cottereau, Vidal et Brefuel, merci, merci et merci. Voilà, c'est bête, ils ne le liront sûrement pas, mais merci pour tout.

Profil 100km Millau déniveléAlors comment raconter cette course à ceux qui ne la connaissent pas ? Difficile voire impossible. Serge Cottereau a écrit à l'occasion de la 10 ième édition en 1981, un superbe livre. Il y avait tout ou presque. A chacun maintenant d'y écrire son chapitre, d'y vivre son histoire. Pour ma part je me contente de vous proposer un recyclage de textes, Millau 2003 et Millau 1994 quand j'y écoutais de la musique en courant. Vous avez pu voir le dessin du parcours, le profil de la redoutable deuxième partie. Il manque le panorama, l'ambiance d'avant le départ et tout ce qui vous séduit dès la première fois à Millau. La mienne, c'était en 1981, je suivais mon père en vélo. Morceaux choisis. (Publié sur le forum Ultrafondus, octobre 2003)

"Je viens de rentrer en 3eme et ce dernier vendredi de septembre, je rate quelques heures de cours pour aller à Millau avec mon père et son suiveur d'alors André. Je ne sais plus très bien si mon père est super préparé mais je me souviens très bien que je suis alors persuadé que courir 10 heures sur 100 km c'est facile. Il suffit de courir à 10 km/h... Bref je suis persuadé que mon père, moustachu à l'époque, finira parmi tous ces autres moustachus ou barbus qui écument les 100 bornes de l'époque. Il faut vous dire que pour l'enfant que je suis encore, un bon coureur de 100 bornes doit courir avec les NB bleues achetées chez Spiridon, le maillot à résilles Ron Hill et doit surtout porter la barbe ou au minimum la moustache. Tous les bolides de l'époque sont comme ça... Souvenez vous Bellocq, Gaudin, Capdeviolle...
 
100km Millau 1981 toumazouAprès une route longue (Bordeaux-Millau via les embouteillages Toulousains et sans autoroute n'est pas chose facile) et pluvieuse l'arrivée sur Ste-Afrique sème le doutes... Les difficultés du parcours promettent!  Nous logeons à l'Hôtel des Causses qui se trouve au carrefour même où a lieu le départ aujourd'hui. L'ambiance ce week-end là y est exclusivement course...
 
La course justement à cette époque part et arrive à la piscine et l'allée de platanes qui  y mène me séduit non par sa beauté mais plutôt parce que je l'ai vue tellement de fois en photos que je suis persuadé d'attendre ce moment depuis une éternité. Le départ se fait alors à 13 heures ce qui impose à tous de courir pour partie de nuit. Je n'ai plus beaucoup de souvenirs de la matinée qui a précédé le départ. Le seul souvenir fort qui me reste est d'avoir croisé Jean-Marc Bellocq, l'épouvantail de l'époque, dans la salle de restaurant de l'hôtel où il prenait son repas d'avant course. Il était comme il a toujours été décrit, simple, timide mais très abordable. Une synthèse d'humilité et d'efficacité...
Le départ est donné sous les platanes à hauteur du rond point aujourd'hui situé à 500m du départ. Je ne peux y assister car comme tous les suiveurs, je dois filer quelques kilomètres en aval. Et là, mon histoire d'amour avec Millau commence vraiment. Les noms, c'est ça surtout, le noms des patelins traversés me replongent dans les reportages lus dans Spiridon des dizaines de fois. Les noms des coureurs aussi. Je me souviens qu'un dénommé Armand Bécher était parti bille en tête; il arborait un magnifique coq tricolore de l'équipe de France sur la poitrine. Au marathon, le coq allait finir de chanter... Bernard Gaudin m'avait également beaucoup impressionné, il était parti très vite. Mon père y était allé plus "peinard" mais je le revois arriver sur moi à notre point de rencontre, moi guettant les premières impressions de "mon coureur". Je peux aujourd'hui encore décrire sa tenue du jour. La pluie a du finir de rafraîchir ses ardeurs; le départ est prudent. La première boucle me parait longue sous la pluie fine qui commence à tomber mais je tombe sous le charme du parcours et des villages traversés où un public alors nombreux encourage les courageux de cette 10eme édition. Des enfants moins chanceux que moi qui ne suivent personne courent quelques hectomètres à coté des coureurs puis se relèvent dans un éclat de rire après avoir lâché quelques encouragements.
Le brouhaha de la tête de course sur l'autre rive du Tarn m'émerveille encore un peu plus. Les premiers passent aux 25eme kilomètre, mon père file vers le 15eme.
 
livre Serge CottereauNous les retrouvons à la sortie de Millau. Les bruits de la mini caravane publicitaire nous alertent. Le "Titou" connaît un jour difficile et  en passant le 50eme kilomètre, on croise Gaudin qui file littéralement en montant la côte de Saint-Georges. Il est entouré d'une nuée de cyclistes mais semble très fort. Il fonce vers un incroyable 6h59 sous une pluie et un temps exécrable.  Quelques instants plus tard, je croise mon idole en action. Serge Cottereau est "à l'arrache complète" mais n'a pas l'air de se satisfaire de sa 2eme place. Quelques minutes plus tard, le sourire de Bellocq répondra à mes encouragements et finira de me convaincre que ces coureurs de 100km sont formidables. Pour l'heure, la nuit nous attrape et rend la course de mon père une peu plus pénible. Comme à chaque fois, il a des problèmes pour s'alimenter mais il avance encore et toujours... Je suis surpris par la difficulté de Tiergues (et je ne suis pas le seul) et au retour, le passage à Saint-Rome sonne le glas de mes espoirs de suiveur. Mon père ne fera pas 10 heures ni 12 heures, je suis mort de fatigue et de froid. Mon vélo chargé dans un vieux Tube Citroën, je rejoins l'arrivée au chaud. Jusqu'à 3 heures du matin, je guette l'arrivée de mon père. L'atmosphère surchauffée du hall de la piscine est incroyable une partie de la nuit mais quand Titou en finit, le calme y est presque revenu. Qu'importe, après 14h30 d'efforts, il ne peut qu'être heureux. Il pourra sûrement vous narrer quelques détails de sa course mais je crois que ce jour-là on a été définitivement vaccinés à l'atmosphère millavoise. Comment ne oublier ces centaines de lumières dans la nuit et notamment dans Tiergues. Le passage au sommet est alors incroyable. Le ravitaillement est tenu par un certain Jojo, Un "bon gros" à la gouaille incroyable qui a du en remotiver des centaines....

"Le retour à la vie" est plus rude pour moi. Je sens que j'ai vécu quelque chose d'extraordinaire au sens littéral du terme. Tous ces coureurs, cet esprit m'ont emballé! C'est avec un énorme cafard que je retourne au collège le lundi.
 
Cinq ans plus tard, ce sera mon tour. "

Partenaire

Topo
Mon partenaire "chaussures" depuis 2018. J'en suis l'ambassadeur.

100km de Millau

millau

Esprit & Course

esprit2

Simplicité...

simplicite

Badwater

badwater2

La foulée décisive

fouleeDecisive

Histoires d'Ultra...

histoire2

Coups de coeur...

coeur

Actualités

2018, Ambassadeur Topo Athletic

100kmPia2017 toumazouJe suis depuis mars 2018 ambassadeur de la marque Topo Athletic qui fabrique d'excellentes chaussures de running à "drop réduit", 0 à 6mm.
J'avais testé la Fly Lite avec succès et surtout beaucoup de plaisir lors des 100km de Pia en novembre.
J'ai donc récemment reçu une première dotation avec  la version 2 de cette chaussure Fly Lite que j'aime beaucoup avec son drop de 3mm. Je ne manquerai pas de la tester intensivment très bientôt et de vous faire un retour d'expérience comme on dit dans le spatial.

Lire la suite...

Les 100km de Pia pour mes 50 ans

100km Pia 2017Comment célébrer "dignement" un anniversaire des 50 ans qui vous travaille?
En courant un 100km, ceux du Spiridon Catalan en l'occurrence. Simple, non?
C'est donc ce que j'ai fait le samedi 4 novembre 2017. Au programme de ce jour, une température agréable, des organisateurs au petit soin, des copains retrouvés et croisés 20 fois sur cet aller-retour à courir 10 fois.

Lire la suite...

It's been so long...

ToumazouEntorse smallVoilà bien logntemps que le site n'a pas été mis à jour. La faute à la vie en général et des priorités mises sur bien d'autres choses du quotidien.
Depuis que je travaille à Bruxelles, j'ai evidemment moins de place pour la course : peu d'espace pour courir, peu de temps, plus de fatigue et donc moins d'envie. Moins de disponibilité aussi pour écrire et mettre à jour le site. Une famille en expatriation demande pas mal de disponibilité et d'énergie.

J'ai bein fait quelques courses mais sans possibilité de performances. Et quand c'était l'objectif, il n'était pas atteint. J'ai aussi fait de bonnes conneries, comme ce trail de 76km peu technique où je me suis tordu la cheville au départ mais que j'ai couru néanmoins durant 7 heures ce qui m'a valu le résultat de la photo.

Lire la suite...

Instantanés...

courirSimplement-Juin2014b-Xsmall

Version "vidéos"

dailymotion

youtube

Qui suis-je ?

Vincent Toumazou

à Méditer

guillemet-openLa terre, c'est le Paradis, le seul que nous ne connaîtrons jamais. Nous le comprendrons le jour où nos yeux s'ouvriront. Inutile d'en faire un Paradis, c'est le Paradis. Nous n'avons qu'à nous rendre dignes de l'habiter. L'homme nanti d'un fusil, l'homme qui a le meurtre dans le coeur est incapable de reconnaître le Paradis même si on le lui montre."
Henry Miller, Le cauchemar climatisé

Lexique

courir : v. i., se déplacer en agitant les jambes ou les pattes comme pour marcher mais à vitesse plus élevée.

simplement : adv., de façon simple, facile à comprendre.

plaisir : n. m., sensation, émotion, agréable de satisfaction.

envie : n. f., besoin qu'on a le désir de satisfaire.

bien-être : n. m., sentiment de bonheur, d'aisance spirituelle.